Publisher Theme
I’m a gamer, always have been.

Guinée:Faible présence de la couche féminine dans le système éducatif, un recul ou un abandon?

0

L’un des objectifs que s’est fixé le ministère de l’éducation nationale guinéenne est de valoriser l’accès des filles à la scolarisation. Néanmoins, les constats révèlent que seulement 25% d’entre elles accèdent à l’université.

 

Quelles sont les véritables causes?

«  Si aujourd’hui moi je suis professeur c’est parce que j’ai vite compris qu’il fallait passer par là et qu’aucun chemin ne peut grandir une fille sans celui-ci. En ma qualité d’éducatrice, ça me fait trop mal de voir des filles abandonnées les études aux profits d’autres priorités inavouées», nous a expliqué madame Fatoumata Condé, professeur de français au lycée Dr Ibrahima Fofana.

Elle était accompagnée de quelques élèves filles de la 12e année. Abordant les causes du faible accès des filles aux études supérieures,  Fatoumata Condé  affirme que « actuellement les filles n’ont pas d’amour  pour les études car elles considèrent les loisirs comme une priorité dans la  vie contrairement à celles de leurs époques où les études étaient la priorité de leur génération ». Pour elle, les études permettent aux filles de se libérer et échapper aux maux de la vie.

Elle ajoute que les filles doivent être conscientes de leurs sorts et comprendre que leurs indépendances morales dépendent du niveau d’études. Elle demande aux parents et autorités de se battre pour qu’il ait un grand nombre d’accès des filles aux études universitaires c’est ce qui pourrait permettre à un pays d’aller en avant et de lutter contre l’analphabétisme car elles sont les futures mamans.

 

Selon Mariam Diallo, élève en 12e année SE, c’est le manque de courage, d’engagement et de volonté chez ses amies qui font qu’elles n’accèdent pas à l’Université. Elle renchérit  en disant que certaines de ces paires abandonnent les études pour des contraintes familiales (mariage précoce, manque de soutiens…) mais aussi à cause des grossesses non désirée.

Pour  Fanta Damas Traore, ce n’est pas une obligation pour une fille d’atteindre le niveau supérieur des études car, « si tu as un métier digne de nom tu ne seras pas à la merci des gens ».

Hasby pour la rjg-tv.com

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Radio Jeunesse Guinée Tv

GRATUIT
VOIR