LA RADIO DE LA JEUNESSE GUINÉENNE

Amadou Oury BAH, 1er de la République de Guinée, option sciences sociales

0

«Ce que j’ai eu là, c’est grâce à mes encadreurs, professeurs et mes amis»

Les résultats du baccalauréat unique session 2017, certaines écoles ont enregistrés un succès très attendu. C’est le cas du Lycée d’Excellence Professeur Alpha CONDE où est sorti le 1er de la République, option sciences sociales. Cet établissement est situé dans la commune de Matoto précisément au quartier Béhanzin à quelques mètres des rails de la Compagnie de Bauxite de Kindia (CBK).  

Agé de 20 ans et originaire de Pita, dans la sous-préfecture de Donghol Touma, Amadou Oury BAH, est admis au baccalauréat  de cette année. Un résultat qui lui a permis d’être le 1er lauréat de sa promotion. Chose qu’il a trouvée très attendue malgré un travail de dur labeur après des années de préparation intense avec un seul objectif, la réussite à l’examen et être parmi les meilleurs.

C’est après un concours organisé lors de l’avènement du Président Alpha CONDE au pouvoir en 2010 ayant pour ambition moderniser et qualifier le système éducatif guinéen, Amadou Oury BAH s’était présenté et a gagné après évaluation des compétences avec bon nombre des élèves issus des différentes écoles de la capitale. Il se dit heureux du résultat su baccalauréat session 2017.

«Je suis très heureux voire même ému de cette distinction cette année, en même temps encore triste pour mes amis qui n’ont pas eu le bac parce que même si notre école n’a pas fait 100% de réussite c’était cela d’abord l’enjeu, c’est la promotion de l’excellence en Guinée à travers nos efforts consentis dans les études», s’est réjoui ce jeune lauréat avec le sourire aux lèvres.

Là, il est souriant ayant un air d’abstinence, de patience et d’objectif, Amadou Oury BAH entre à l’école sous le slogan ‘’ma réussite, c’est grâce à mes encadreurs, professeurs et mes amis’’. Une fois dans la cour, il cherche à rejoindre tout d’abord l’équipe de reportage de campusguinee.info avec un téléphone en main. Après échange avec lui, direction chez le censeur dudit établissement pour une autorisation d’entretien.

Habillé en mode français, d’une chemise blanche, d’un pantalon noir et des chaussures fermées communément appelée ‘’moukassin’’ avec une cravate au cou bien placé, il a un regard de sagesse. Accompagné par ses amis et certains de ses enseignants trouvés sur place, il s’est prêté humblement à nos différentes questions.

Occuper la première place au sein d’une entité mérite une bonne préparation intellectuelle sans relâche, dit-on. C’est le cas de ce lauréat cette année. Pour lui, la meilleure façon était de travailler d’une manière collégiale avec le groupe et les encadreurs.

«Ma stratégie avant tout d’abord c’est le groupe, parce qu’ici c’est le Lycée d’Excellence, nous avons travaillé de façon collégiale toute la journée et la nuit aussi je travaille seul chez moi. Donc c’est l’ensemble de ces méthodes là utilisées qui ont fait qu’il y a eu ce que j’ai pu obtenir cette année», martèle Amadou Oury BAH.

Parlant de son parcours scolaire, cet originaire de Donghol Touma, dans la préfecture de Pita nous a fait savoir qu’il n’était pas régulier à l’élémentaire mais par après, il s’est rendu compte qu’il faut bien bosser pour devenir un bon responsable. Avant le Lycée d’Excellence, Amadou Oury est passé par plusieurs écoles.

«Commençant par l’école primaire, je n’étais pas régulier du tout. Je suis passé précisément à l’école primaire de Kipé en passant par la patience. Après la patience, je suis parti dans mon village natal où j’ai fait la 6ème année. Ensuite, de là-bas, je suis revenu à Conakry pour faire la 7ème année au collège Boulbinet, dans la commune de Kaloum. C’est après la 7ème année que nous avons fait le concours pour être en fin au Lycée d’Excellence où j’ai passé des six bonnes années allant de la 8ème année en terminal, c’est-à-dire le reste de mon parcours pré-universitaire. Donc, mes grands souvenirs sont ici», raconte-t-il.

Côté des difficultés, Amadou  Oury BAH n’a pas été confronté à ce type. Selon lui, il a toujours bénéficié des bons professeurs dans chaque matière et surtout des bons amis non seulement à l’école mais aussi à la maison qui ont un très bon niveau même s’ils ne sont pas là où il se trouve aujourd’hui. Il faut reconnaître la bienfaisance d’autrui.

Les ambitions de ce jeune lauréat sont nombreuses et variées mais pour lui ce qui est proche, c’est de faire le droit. «Mes ambitions sont difficiles à tout dire maintenant, mais ce que je préfère au futur proche, c’est d’abord étudier le Droit à l’université et après on verra ce que  l’avenir nous signifiera», précise-t-il.

L’échec n’est pas une fatalité plutôt une expérience acquise, dit-on. C’est dans cette optique que ce jeune donne a prodigué des conseils à ses amis qui ont échoué à cet examen. «C’est d’bord le courage et la persévérance car la vie est faite de rebondissement. De ne pas baisser les bras. Leur échec n’est pas dit parce qu’ils ne sont pas bien mais la chance les a manqué un peu. Une fois encore, il faut renouveler la confiance en soi et je félicite aussi ceux qui ont été admis», avance-t-il.

Mamadou Adama BARRY

Leave A Reply

Your email address will not be published.