Publisher Theme
I’m a gamer, always have been.

Lutte contre les violences basées sur le genre : Safiatou Baldé, miss Guinée 2016 veut briser le silence

0

Magnifier l’importance de l’autonomisation des femmes dans la lutte contre les Violences Basées sur le Genre (V.B.G) était au centre d’une conférence débat ce vendredi 20 octobre 2017  à l’espace culturel Malick Condé de l’université Koffi Annan de guinée. Elle a été organisée dans le cadre du projet « LOLEE », Brisons le silence de Safiatou Baldé, Miss Guinée 2016. Cette conférence a été  l’occasion pour celle-ci, de contribution pour dire non aux violences faites au genre.

Le projet est initié par l’ONG WAFRICA (women of africa-femmes d’Afrique Guinée) qui a pour mission l’amélioration du statut socio-économique de la femme et de la jeune fille en Guinée ainsi que l’accès à une pleine citoyenneté. La tenue de cette conférence est la suite logique de plusieurs formations et activités dans le cadre de l’exécution du projet « LOLEE », qui de contribue de rendre effective la pratique des droits humains des femmes en Guinée à travers l’autonomisation de la femme. Pour la miss, ces violences sont de plusieurs sortes et dues à différentes raisons. « De nos jours dans notre pays, les VBG ont pris une proportion inquiétante du fait des effets combinés de la pauvreté et des réalités socio-culturelles. Ce sont de milliers de filles et femmes qui sont exposées à cette triste réalité qui a plusieurs formes : Il a la forme physique, psychologique, sexuelle etc. », explique-t-elle.

Selon les statistiques fournies par le ministère guinéen de l’action sociale et de l’enfance, en 2009, 92% des  femmes et filles âgées entre 15 et 64 ans ont été, au moins, une fois dans leur vie victimes de VBG. Pour bannir cette réalité, le conférencier, monsieur Oumar Doumbouya, expert en sociologie et auteurs de plusieurs ouvrages sur les femmes et filles pense que c’est aux filles de s’émanciper. « J’encourage les femmes à s’émanciper. A ne pas laisser les hommes prendre le dessus, les femmes peuvent », pense ce défenseur de la couche féminine.

Au sortir de cette conférence débat qui a réunie plusieurs écoles de la place, de la société civile, du club des jeunes filles leaders et des ONG, Safiatou se sent satisfaite même si elle manque des moyens pour atteindre cet objectif. « C’est une réussite pour moi, car ceux qui sortirons de cette salle iront avec une connaissance, aussi minime soit-elle, sur les VBG. J’espère avoir des financements pour continuer ces sensibilisations dans les écoles puisque cela est à majorité, un financement à titre personnel », conclut-elle.

Mohamed Nana BANGOURA

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Radio Jeunesse Guinée Tv

GRATUIT
VOIR