LA RADIO DE LA JEUNESSE GUINÉENNE
Orange

Amara KEITA : « La solution idéale pour le développement de la Guinée après 60 ans d’indépendance, passe forcément par la jeunesse »

0

RJG-TV: Bonjour M. Keita! Pouvez-vous-vous présenter à nos lecteurs s’il vous plaît ?

Amara KEITA : Je suis diplômé de la troisième promotion en Génie électrique de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry et Maintenancier chez Massive Dinamic de Guinée.

RJG-TV: Quel est l’objectif de votre point de presse?

Amara KEITA : Mon objectif est de faire une prise de conscience réelle au niveau de la Jeunesse, vu notre situation catastrophique dans le processus de développement de la Guinée. Pour qu’ensemble, nous puissions changer la donne en mettant un jeune de 35-45 ans à la tête de ce pays en 2020.

Un jeune hors système, capable, patriote et dénudé de tous virus pouvant nous affecter. Et il est possible, car la jeunesse représente une force vive, plus de 74% de la population guinéenne est jeune.

Nous constituons incontestablement un groupe d’âge décisif, capable de raisonner et d’agir avec maturité. Nous n’allons plus jamais accepter que notre participation soit reléguée à un avenir incertain. C’est maintenant qu’on doit agir et c’est maintenant que la Guinée a besoin de notre concours pour son édification.

RJG-TV : Pensez-vous que vos ainés tels qu’: Alpha Condé, Sidya Touré, Cellou Dalein, etc. n’ont pas la solution pour ce pays et moins encore vous les Jeunes ?

Amara KEITA : Oui oui bien sûr ! Ils sont tous les mêmes, il faut que cela soit clair pour tout le monde. Car il faut reconnaître et oser de le dire, que ce peuple est et a été trahi par eux. Pour preuve, on a presqu’utilisées toutes les options possibles pour changer ce pays, sauf la Jeunesse. On a utilisés les militaires ça pas marcher, des diplômés d’Harvard, de Sorbonne ça pas marcher et même les professeurs de la planète Mars ça ne marche pas encore. Pourquoi ?

Sinon comment se fait-il qu’un pays plus gros exportateur de bauxite au monde, soit dirigé par des diplômés de Sorbonne, d’Harvard, etc. n’arrivent pas à satisfaire une population de près de 13 million d’habitants seulement ?

Comment expliquez qu’une Guinée is back, soit un pays si riche en ressources et demeure le 9ème pays le plus pauvre au monde ? Plus de 55% de la population vit sous le seuil de pauvreté, avec moins d’un euro par jour, selon l’ONU.

Comment se fait-il que les acteurs du pillage à grande échelle du pays dans les régimes passés, soient les hommes clés des gouvernances successives en Guinée ? Des ministres voleurs, des scandales qui ont éclaboussé la banque centrale, dans des départements ministériels tels que : l’éducation, les Travaux Publics, la pêche, les Finances, encore et encore.

Des  discours méchants, diviseurs, hostiles à l’harmonie des peuples et des communautés, visent tout simplement à la rupture ethnique. Ces dérives sociales doivent cesser!

Et toutes les critiques objectives ici, sont perçues comme un acharnement contre le pouvoir central. Raison pour laquelle les patriotes, les véridiques, la promotion du mérite ne sont jamais encouragés. Chez-nous, on ne croit qu’aux gros menteurs, les détourneurs des deniers publics, des gens qui enfoncent le pays dans le trou.

On compte sur le territoire Guinéen plus de motels de prostitution que d’écoles ou d’Universités. Le système éducatif n’a d’ailleurs jamais été aussi pauvre et souffrant depuis l’indépendance de la Guinée. On perçoit également un taux record d’accidents routiers, qui relèvent de l’état catastrophique des routes. Chose qui est à la charge de l’Etat, qui exploite les ressources naturelles du pays.

Ils aiment médiatiquement mentir au  peuple et nous disent de croire en eux, comme si le peuple ne réfléchi pas un seul instant. Ils aiment maintenir le peuple dans le noir, dans l’ignorance et à un niveau intellectuel infantile. Mais ils oublient une chose : « le plus excellent symbole du peuple, c’est le pavé. On marche dessus jusqu’à ce qu’il vous tombe sur la tête. »

Cette année, un financement supplémentaire de près de 400 millions de dollars a été consacré pour la Stratégie emploi jeunesse au Canada. Le montant total de ce nouveau investissement dans le programme Jeune, se chiffre maintenant à près de 900 millions de dollars pour afin créer jusqu’à 35 000 postes supplémentaires dans le cadre du programme Emplois d’été.

Parce qu’au Canada, le gouvernement dit et sait que la prospérité d’un pays, dépendra de plus en plus de l’éducation et de l’expérience que recevront les jeunes, en vue de se préparer à occuper les emplois d’aujourd’hui et de demain. Ils croient en leur jeunesse et font tout pour leur réussite.

Et nous ? Où nous en sommes ? Si ce n’est pas nous insulter sur scène et le Conseil National des Jeunes ne fait rien contre ça. Selon la nouvelle loi de Finance 2017, seulement autour de 112million de francs guinéens est consacré à l’emploi Jeune. Ils font semblant de se battre pour notre cause, mais ce n’est pas vrai. Ils ne nous aiment que pendant les élections.

 

C’est pourquoi il est important pour nous de s’impliquer dans la politique. Sinon, comme Nobert Zongo le disait : « si tu ne fais pas la politique, c’est elle qui te fera ». Nous devons comprendre une chose la Jeunesse, si nous décidons de construire ce pays dont notre lendemain en dépend, cela ne peut se faire qu’à travers la politique.

RJG-TV : En quoi la Jeunesse est la seule solution idéale pour le développement de ce pays ?

Amara KEITA : D’abord sachez que toutes les histoires ont de versions différentes, alors figurez-vous que nous allons créer la différence.

Ensuite la compétence se créée, et nous allons la renforcer d’avantage. Beaucoup de Jeunes compétents existent en Guinée mais non pas la voix au chapitre, ne sont pas écoutés, ne sont pas accompagnés et d’autres meurent avec leurs idées.

La soi-disant plateforme (AGUIPE) stérile mise en place pour la création de l’emploi jeune, n’a été qu’une propagande. Vérifier si cela avait porté fruit avec les mêmes taux de chômage élevé et toujours persistant ! Je pleure quand je vois des jeunes au port autonome de Conakry travaillés à cause d’une somme très minable par rapport à la cherté de vie, tout simplement parce qu’il n’a pas d’autres choses à faire. Faites un tour dans des unités industrielles ici, vous verrez des Jeunes journaliers qui font tout pour survivre, d’autres malgré leurs diplômes.

Et après tout, on dit que nous ne travaillons pas et voire même nous insulter sur scène comme l’a fait le président de la république.

Donc, «  quand le peuple sera intelligent, alors seulement le peuple sera souverain », et il est temps d’être intelligent !

C’est nous, les acteurs du changement et non des bénéficiaires de l’aide au développement de l’état, il faut que cela soit clair pour tout le monde. Nous sommes des leaders potentiels d’une Guinée plus durable et plus juste, que personne ne vous dise quelques choses.

Nous sommes innovants, nous sommes forces de propositions et découvreurs de solutions. Ce qui veut dire qu’on doit nécessairement être intégrer dans le processus décisionnel de ce pays. C’est sur nous que représentent les espoirs du pays pour faire face aux défis de demain. Et si le futur est entre nos mains, alors on va ne jamais se laisser à la merci des partis politiques, de l’oisiveté, de l’ethno stratégie ou du régionalisme.

Et notre gouvernement sera utile au pays et capable d’atteindre ce but qu’il se propose quand le pouvoir sera concentré dans nos mains.

 

RJG-TV : Avec quelles stratégies cette Jeunesse se dotera-t-elle pour faire face à ce but qu’elle se propose?

Amara KEITA : D’abord à travers une organisation de tous les groupements Jeunes sur le territoire national, afin de présenter un seul Jeune candidat et l’emmener à la présidence. Car nous représentons 74% de la population Guinéenne.

Quand on arrivera au pouvoir, nous allons élaborer de vastes plans d’administration, en mettant à sa place toutes choses dans le mécanisme de la machine gouvernementale. Nous ferons de sorte qu’une Guinée nouvelle émerge avec une administration efficace, détribalisée au service de la nation dans une compétence et transparence sans limite.

Ensuite, nous allons imposer la limite d’âge à 60 ans au maximum, pour se porter candidat aux élections présidentielles afin d’encourager la transmission politique aux jeunes.

Et c’est à partir de cette élection communale qui sera organisée le 04 février prochain, si le calendrier tient bon. C’est que notre militantisme politique ne doit jamais être sous l’influence de la famille ; du lieu social, de la religion ou de la propagande des masses médias.

Il nous faut avoir une culture politique nous permettant de faire la différence des choses et de pouvoir participer dignement à l’avenir politique de notre pays. Regarder le programme de développement de chaque candidat ; exiger aux candidats qu’il vous donne leur projet, et lisez très bien s’il est capable de le réaliser ou pas. Et après vous faites une enquête de moralité à leur niveau, pour ne pas responsabiliser un opportuniste pour votre localité.

Si cela est fait, il ne restera qu’à unir nos efforts pour emmener un de nous à la présidence, aux moments venus.

RJG-TV : N’êtes-vous pas manipuler aussi ou quelqu’un derrière tout ce que vous faites comme ça ?

Amara KEITA : Mais, si tel était le cas pensez-vous que je n’allais pas faires leurs éloges ? D’ailleurs si vous analysez objectivement mes démarches vous vous rendrez compte que je n’ai rien de trait de tout ça.

Je suis une personne morale comme vous et soucieux de l’avenir de ce pays depuis plus de 50ans d’indépendance maintenant. Et je voudrais juste que nous les jeunes guinéens, prenions nos destins en mains.

RJG-TV : Vos mots de fin ?

Amara KEITA : Pour finir, ayons une fois encore la prise de conscience et réfléchissons un peu la Jeunesse consciente de Guinée. Il faut que nous défendions remarquablement les intérêts de la Guinée en imposant des transferts de technologie pendant notre règne, comme l’a fait la chine au xxème siècle en 1949.

Grâce à ses très efforts investissements publics passés et présents, elle a atteint un degré d’autonomie tel qu’aujourd’hui, elle est une puissance impérialiste incontestée de second ordre, notamment en Afrique.

C’est nous la solution de ce pays, croyons en nous pour changer les choses. Car : «  Il y a des hommes qui sont nés pour servir leur pays et d’autres qui sont nés pour servir à table ». Et nous nous sommes nés pour servir ce pays, et poursuivre le combat pour la libération de l’Afrique. Merci!

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.